Dans la principauté d'Andorre, le secteur bancaire représente près de 20% de l'économie.
 

L'ex-paradis fiscal, enclavé entre la France et l'Espagne, poursuit sa "normalisation". Son parlement a approuvé l'échange automatique d'informations sur les comptes bancaires de ses non-résidents à partir de janvier 2018.

Votre opinion

Postez un commentaire