La SEEG a longtemps suscité le mécontentement des usagers (ici en 2010).
 

La Société d'énergie et d'eau du Gabon a été victime d'une "expropriation brutale", selon Veolia. L'État gabonais, de son côté, justifie sa décision par la "dégradation de la qualité du service rendu aux usagers".

Votre opinion

Postez un commentaire