× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
L'endettement de la zone euro a atteint 92% de son PIB au premier trimestre 2013.
 

La dette rapportée au PIB de l'union monétaire s'est élevée à 92,2% au premier trimestre 2013, selon les données officielles publiées par Eurostat, ce lundi 22 juillet 2013. L'Allemagne fait partie des rares pays qui ont réussi à diminuer cet endettement d'un trimestre à l'autre.

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • ColibRIC41AC
    ColibRIC41AC     

    Laurent LOUIS : « La crise économique ? Une invention pour asservir les peuples :
    Laurent LOUIS au Premier Ministre belge Elio Di Rupo (PS): « Ne venez alors pas me parler de la crise économique. Vous l'avez inventée cette crise pour prendre à la gorge nos travailleurs et imposer des régressions sociales. Vous n'encouragez pas le travail, vous n'encouragez pas les gens à entreprendre et à créer de l'emploi. Vous préférez maintenir les gens dans la dépendance pour mieux les manipuler ! Vous voulez sauver nos entreprises, j'ai un conseil pour vous : sortez notre pays de l'Union européenne, rétablissez les frontières, le protectionnisme économique, les taxes à l'importation, recréez une véritable banque nationale et refusez de rembourser la dette pour venir en aide à nos concitoyens ! » 02/05/13 youtu.be/-QoAZRIPy-Q

  • ColibRIC41AC
    ColibRIC41AC     

    Ces 3090 milliards de dette virtuelle [Bilan comptable réel zone France : 4923 milliards (246 % du PIB)] :
    Les engagements hors bilan de la France, qui représentent la somme de ce que l’État devrait verser s’il s’acquittait en une seule fois de toutes les sommes qu’il s’est engagé à payer dans le futur, ont été multipliés par trois en huit ans.
    La dette de la France est-elle de 1833 milliards d’euros, comme le calcule l’Insee ou de 4923 milliards (246 % du PIB) comme pourrait le laisser croire, entre les lignes, la lecture du rapport de la Cour des comptes? La question n’est pas anodine.
    La différence entre les deux chiffres – 3090 milliards d’euros! – correspond au montant des engagements hors bilan de l’État calculés par les sages de la rue Cambon. Il ne s’agit pas de dette à proprement parler: les engagements hors bilan représentent la somme de ce que l’État devrait verser s’il s’acquittait en une seule fois de toutes les sommes qu’il s’est engagé à payer dans le futur (retraite des fonctionnaires, prestations sociales ou éventuel sauvetage des banques et des États européens…). C’est pourquoi les deux montants (dette au sens de Maastricht et engagements hors bilan) ne peuvent pas s’additionner comptablement.
    Il n’empêche! Aussi théorique soit-il, le montant des engagements hors bilan est un thermomètre utile de la situation financière de l’État. Et s’agissant de la France, l’indicateur vire au rouge. En 2005, les engagements avaient été estimés aux alentours de 1000 milliards d’euros par le rapport Pébereau. Ils ont donc été multipliés par trois en huit ans. L’essentiel de ces engagements (1679 milliards d’euros) est lié aux retraites des fonctionnaires. Ils ont progressé d’un tiers environ en six ans. La Cour minore l’importance de cette envolée, due pour l’essentiel à un durcissement des normes retenues pour le calcul de l’actualisation des flux futurs. [..]
    Le reste des engagements est plus préoccupant. Auditionné la semaine dernière par le Sénat, le président de la première chambre de la Cour des comptes, Raoul Briet, a révélé que les garanties financières accordées par l’État aux agents économiques avaient doublé depuis la crise, atteignant 978 milliards d’euros contre 458 en 2007.
    En particulier, la garantie de «protection des épargnants» a vu son encours doubler, à 394 milliards. Au même moment, les engagements pris par la France aux différents fonds de sauvetage de la zone euro ont alourdi de 187 milliards son passif hors bilan. Enfin, la Cour a calculé pour la première fois les engagements régulant de «la mission de régulateur économique et social» – autrement dit les montants promis au titre de l’allocation aux adultes handicapés ou des aides au logement – représentant 434 milliards.
    Au total, les engagements atteignent donc 3090 milliards, soit 152% du PIB. «Une somme qui dépasse largement le passif total de l’État (1859 milliards)», a reconnu Raoul Briet. La France n’est pas en faillite pour autant. Comme le rappelle la Cour, l’Hexagone est l’un des rares pays à calculer de façon transparente le montant de ses engagements, ce qui n’est pas le cas de ses voisins. Autrement dit, nul ne sait si la France se situe ou non dans la moyenne de la zone euro. 04/06/13 bit.ly/1145urU

  • MMMM
    MMMM     

    Les lobys financier n'ont pas intéret à ce que l'Europe sorte de la crise en remboursant tout ou parie de la dette!....Imaginons que l'Europe rembourse la moitié de sa dette,que ferait les preteurs dela montagne d'argent !!!!!! des confettis et que de rentrées en moins.
    Ils ont donc tout intéret à ceque la crise persiste...

  • cypher
    cypher     

    Voici un article très interressant de Mr Charles SANNAT Les banques françaises vont recevoir 30 milliards issus des livrets règlementés C’est un article de La Tribune qui revient sur le fait qu’après « plusieurs mois de négociations, les banquiers ont réussi à convaincre Bercy de percevoir 30 milliards d’euros issus de la collecte centralisée des livrets d’épargne réglementée comme le Livret A et le Livret de développement durable (LDD) ». En clair, vos sous sur le Livret A vont servir aux banques à faire leur travail, c’est-à-dire prêter des sous. Voilà pour la présentation officielle. Pour la réalité officieuse, ces 30 milliards devraient surtout servir à recapitaliser les banques françaises en toute discrétion puisque ces fonds devraient être considérés comptablement parlant comme des quasi fonds propres. Si jamais il y a un gros problème dans le système bancaire français, nos concitoyens devraient vite se rendre compte que le Livret A n’est pas plus garanti que tout le reste

  • junior
    junior     

    ben alors?? pas cap??? petit joueur

  • junior
    junior     

    sinon, on peut faire comme l'allemagne, vous travaillez pour 4 euros de l'heure. Chiche

  • eauho
    eauho     

    RUMEURS D'UNE FERMETURE GLOBALE DES BARCLAYS BANK EN FRANCE + MANIPULATION DES PRIX --------------------------------------------------------------------------------------
    LA CAISSE D'EPARGNE-BANQUE POPULAIRE A BESOIN D'UN FOND DE CAISSE----------
    Le groupe a donné pour objectif de vente à ses conseillers de ramasser 1 milliard d'euros sur des Plan Epargne Logement (PEL) avant la fin juillet avec le prétexte que le taux du Livret A va baisser. Et ceci afin de bloquer les fonds".---------------------------------
    SOURCE - quotidien.com

  • leane
    leane     

    C'est étonnant. Au regard des compétences de notre gouvernement, c'est vraiment très étonnant!

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Oh mon dieu, surtout ne faisons pas comme l'Allemagne !!! Merci Hollande, merci à tous ceux qui ont voté pour lui, votre choix a porté ses fruits.

  • Pierre Payen
    Pierre Payen     

    En ce lundi 22 juillet 2013, Réjouissons-nous, mes chers frères et sœurs, avec François le Bienheureux : il nous l'avait annoncé, c'est fait ! Merci mon Dieu ! Amen ! Il l'avait prévu et on ne le croyait pas quand il expliquait qu'on était sorti de la crise ! Eh oui, on est maintenant dans la super-crise ! En attendant l'hyper-crise (2015-2020) ! Na na na, qui qu'avait raison ? ! Tra la lère

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire