Mis à jour le
En 2011, Angela Merkel prononçait un discours à l'occasion d'un meeting de son parti en hommage au Mittelstand, la "colonne vertébrale de l'économie allemande".
 

Avant les élections législatives en Allemagne, dimanche 22 septembre, BFM Business décrypte les traits saillants de la vie économique et sociale. Ce 17 septembre, focus sur le Mittelstand, le tissu de PME qui participe au succès de l'économie outre-Rhin.

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Bleulag
    Bleulag     

    Et trop d'avancées sociales par rapport au reste du monde qui ne suit pas du tout ce qui nous pousse inexorablement à avoir un coup du travail exorbitant. Les syndicats foutent trop le bordel et empêche l'expansion économique, Thatcher avait résolu le probleme en Angleterre à l'époque. C'est super les 35h, les congés payés, les RTT mais çà ne durera pas longtemps avant que tout çà explose...

  • Bleulag
    Bleulag     

    La logique en France est d'embaucher des jeunes peu payés et de se séparer des personnes d’expérience devenues trop chère. Banques frileuses a qui ont à sauvé la mise lors du dernier crac bancaire et qui sont pas foutues de renvoyer l'ascenseur. "Aider nous mais on aidera personne." En Allemagne, certaines entreprises embauche des ressortissants de l'Est peu payés, alors facile de déjouer la concurrence.

  • bonzai
    bonzai     

    entièrement d'accord avec vous HeyBaal

  • Max Tusalem
    Max Tusalem     

    Y a du vrai Heybaal, pour avoir travaillé en Allemagne avec des équipes allemandes, je confirme. L'état d'esprit est différent, un ingénieur est bien payé et respecté, surtout s'il est bon. On bosse pas si dur que ça , mais mieux ! Etonnant, pas ou moins de réunions inutiles, on respecte les horaires.
    Il y a aussi les administrations, dont le fisc: elles sont "business friendly", même si les règles sont complexes, rigoureuses et parfois pénibles.
    C'est simple, on trouve un peu de Californie dans le Bade-Wuertemberg - pour bien connaitre les 2 le climat n'est pas comparable , c'est bien leur principal handicap !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Déjà parce qu'elles sont moins et mieux taxées. Ensuite parce que l'esprit du travail en Allemagne est totalement différent de celui en France. En Allemagne on paye les gens à être performants dans leur domaine de compétence. On a pas peur de payer cher un vrai spécialiste, ni de financer un spécialiste en devenir. S'ils veulent bosser et enrichir la boite, on leur paie des heures sup avec joie ! Et quand ils deviennent experts, surtout, surtout, on les garde dans leur domaine d'expertise. En France c'est différent. On paie les gens le moins possible pour leur en faire faire le plus possible. On ne reconnait quasiment que la convention collective, à charge pour eux de faire 35 ou 39 heures, en espérant que le mélange de ces deux données fournira un résultat pas trop pourri. Le temps de travail est bien évidemment limité et les heures sup encadrées (tant qu'à faire, si on peut espérer que le travail de 45h sera fait en 35 heures en gueulant et en proférant des menaces à des employés sous qualifiés ...). Il y a peu ou pas d'expertise. L'expertise se limitant souvent à de l’esbroufe à vanter des mérites inexistants ou à faire porter le chapeau à d'autres pour excuser le manque de résultats. Là où l'Allemagne cultive la performance et le temps de travail, la France cultive les acquis sociaux et les 35h. Et enfin la logique de l'entreprise française veut que quand un employés devient performant à un poste, la logique de la récompense de cet employé est de le changer de poste. Entre autre en le bombardant chef alors qu'il n'a peut être aucune compétence de leadership. Idem la fonction de chef est confiée à des fils de ou à des beaux parleurs qui croient qu'être chef c'est facile, il suffit de distribuer ordres et menaces. Que doit on en tirer ? Qu'il ne suffit pas de réformer la législation. Il faudra aussi réformer les mentalités. Et là y a un gros boulot à faire, tant au niveau des politiques qu'au niveau des médias. Malheureusement c'est comme pour la justice : les élections n'affectent pas tous les maillons de la chaine.

Votre réponse
Postez un commentaire