Donald Trump avait déjà pris à partie sur Twitter Boeing et Lockheed Martin
 

Le président américain élu a prévenu le constructeur qu'il lui ferait payer "une lourde taxe frontalière" s'il ne se résout pas à produire ses véhicules aux États-Unis.

Votre opinion

Postez un commentaire