Les ménages les plus modestes sont les moins impactés
 

L'Insee a simulé une hausse des prix de 1% sur un an, puis a ensuite observé les effets sur les revenus des ménages les deux années suivantes. En moyenne, les foyers perdent 0,3% de leurs revenus et jusqu'à 0,6% pour les 10% des ménages les plus aisés.

Votre opinion

Postez un commentaire