× BFM Business
Découvrez l'application
BFM Business
INSTALLER
Mis à jour le
Sortie de crise: la France ne s'en tire pas si mal
 

Contrairement à ce qu'on observe en Italie ou en Espagne, l'économie française est parvenue à retrouver son niveau d'avant-crise. Mais, depuis, elle peine à décoller. 

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • euh la
    euh la     

    C'est les plus de 5 millions de chômeurs et autre 8 à 9 millions de gens qui vivent SOUS LE SEUIL DE PAUVRETE qui vont être heureux de cette information. Cela va leurs donner de l'espoir. Allé les pauvres, patience, encore quelques coups de boutoir sur notre modèle social. Et ça ira mieux.

  • euh la
    euh la     

    C'est les plus de 5 millions de chômeurs et autre 8 à 9 millions de gens qui vivent SOUS LE SEUIL DE PAUVRETE qui vont être heureux de cette information. Cela va leurs donner de l'espoir. Allé les pauvres, patience, encore quelque boutoir sur notre modèle social. Et ça ira mieux.

  • Facebook-830482023649710
    Facebook-830482023649710     

    Sortie de crise: la France ne s'en tire pas si mal... que si c'était pire.

    Voilà un constat suffisant qui évite de se poser bien des questions souvent tabou.

    La dépense publique continue de progresser victime des nombreux blocages qui empêche notre économie de s'adapter aux différentes phases des cycles économiques. Nous amortissons (pour l'instant) bien les phases de crise, mais nous sommes devenus incapables de générer nous même de la croissance.

    De plus lorsque la divine croissance revient de l'extérieur, elle se manifeste plus tardivement et moins fortement qu'ailleurs, pour les mêmes raisons que mentionnées précédemment (rigidités, poids de la dépense publique/PIB).

    Nous diminuons sournoisement cycle après cycle nos capacités à amortir les phases de crise ou de récession par une dette publique dont la charge va poser un vrai problème et par un choix politique fait en faveur d'un chômage de masse de plus en plus compliqué à financer.

    Les courbes d'évolution de la dépense publique de la dette et du chômage sont là pour le démontrer.

    En résumé, la croissance va bien finir par arriver chez nous mais moins fort que chez nos voisins. En business, si votre marché fait +5% et que vous faites +2% vous progressez en valeur absolue mais vous perdez des parts de marché et vous régressez en relatif !!!

  • beaudolo
    beaudolo     

    "De plus, le système social a permis d'amortir le choc", c'est vrai, mais pour être tout à fait sincère et pas partisan il faut ajouter que si ce système social permet d'amortir les chocs en cas de crise il sert aussi de frein à la reprise!

    R1
    R1      (réponse à beaudolo)

    C'est bien le but d'un amortisseur !

Votre réponse
Postez un commentaire