En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Selon une étude de "60 Millions de consommateurs", seuls 7% des contrats de syndics sont à peu près conformes au contrat-type décrété le 26 mars 2015.
 

D'après une étude de "60 Millions de consommateurs" publiée jeudi, seuls 7% des syndics respectent (à peu près) le contrat-type imposé par la loi Alur. Flambée des honoraires, coût élevé des assemblées générales... Voici les points qu'il faut surveiller pour limiter les frais.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Val Compta
    Val Compta     

    Bonjour,

    Il ne faut pas oublier que tout copropriétaire peut se proposer comme syndic "non professionnel", souvent abusivement appelé "syndic bénévole" et c'est quand même LA solution la plus économique ; pour la copropriété mais également pour le syndic qui peut toucher une indemnité.

    Il faut avoir de solides bases juridiques, comptables et techniques et être prêt aussi à quelques rapports de force avec ses voisins quand il s'agit de leur rappeler le règlement de copropriété mais c'est une mission qui peut être très valorisante et intéressante aussi !
    Le contrat-type dont il est question dans l'article est également obligatoire pour un syndic non professionnel...

Votre réponse
Postez un commentaire