En ce début d'année, les renégociations de crédit immobilier ont représenté seulement 15% des demandes de prêts.
 

Les banques ne sont presque plus sollicitées pour des renégociations de prêts. Elles ne misent donc plus que sur les nouveaux emprunteurs pour assurer leurs objectifs de production de crédit, et n'ont d'autre choix que de continuer à proposer des taux attractifs.

Votre opinion

Postez un commentaire