En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Pendant que le gaz carbonique rend plus acides nos océans, fruits et légumes poursuivent leur lente mutation. Le réchauffement climatique y est visiblement pour beaucoup. Nous ne mangeons désormais plus les mêmes pommes que nos ancêtres.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire