En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

La France couve. Elle incube. Quand est-ce qu’elle accouche ?

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • Graine Export
    Graine Export     

    C'est pour cette raison que Graine d'export (www.graine-export.com) a vu le jour il y a quelques mois maintenant, pour "passer du projet au produit": il est temps de livrer la marchandise de l'innovation ! C'est à dire créer de la valeur chez nos entreprises innovantes pour qu'elles puissent se concentrer sur le commerce et non pas se spécialiser dans la recherche de subventions.
    Graine d'export est une société de "service en ingénierie commerciale export" pour structurer les offres produit des sociétés innovantes, dans le but d'accélérer leur commerce, y compris à l'international.

  • lwathelet
    lwathelet     

    Votre article reflète absolument la réalité. J'ai créé une start-up (www.wattlet.fr) en 2011 via les réseaux d'incubation. Je pense réellement que tout l'argent public ne va pas là ou il devrait aller. Il y a aujourd'hui une myriade d'administration redondante qui propose des services similaires et engraissent largement des consultants en innovation ou des cabinets marketing en tous genres. L'argent doit aller directement aux entreprises ! L'incubateur a été pour nous la seule administration réellement compétente mais sans aucun moyens financier.

  • RedCactus
    RedCactus     

    Votre "provocation" interpelle forcément et pose de justes questions. J'ajouterais à votre liste une 3ème question :
    Comment est-ce qu'on attribue les aides aux start-up?
    Force est de constater que seules les start-up dites "novatrices" peuvent espérer obtenir de telles aides. Mais que veut dire être novateur? Pourquoi tout ce qui n'est pas jugé "noble" de porter ce titre serait-il pour autant dédaigné?
    S'il est évident que l'innovation est très importante et nécessaire, il n'en reste pas moins que tout un tas d'autres activités aptes à créer de l'emploi mériteraient elles aussi de voir leurs initiatives quelque peu encouragées et soutenues ...

  • PhECom
    PhECom     

    bravo bravo bravo ce papier est génial !

  • Walcky
    Walcky     

    J'adore votre article mais vous ne proposez pas grand chose... en même temps ce n'est pas votre rôle...

    Facilitez la croissance des start up pour en faire les fleurons de "l'industrie nouvelle techno" de demain à l'échelle mondiale ne semble pas la priorité des gouvernements précédents et encore moins celle de Mr le Ministre Montebourg. Celui-ci cherche plus à ressusciter une industrie en décomposition (merci au cout du travail) certes utile et (encore) importante au détriment de la nouvelle industrie...
    Monsieur Montebourg partagez mieux votre temps de travail... un peu de temps pour l'industrie classique qui a plus besoin d'une baisse de charges que vos parutions médiatiques en marinière et beaucoup de temps pour « l’industrie nouvelle techno » qui sera l'employeur d'aujourd'hui et de demain... Je salue au passage le travail de Mme Pellerin (pas assez écoutée à mon avis). La délocalisation touche les anciens mais de plus en plus les nouveaux... (ça c’est très inquiétant)
    Par quoi commencer : Faisons des choses simples...
    Poussons les institutions publiques à privilégier l'achat de solutions françaises (n'ayez pas peur des startup Messieurs, Mesdames les acheteurs). Certes c'est ce qu'on appellera du protectionnisme mais d'autres nations comme l'Allemagne, la Chine ou les US le mettent en place, pourquoi pas nous ? Ne me dites pas que ce n’est pas facile et rapide à mettre en oeuvre ?
    Et pour les acheteurs en général, oubliez les problèmes de dépendance économique, plus vous achetez à la même société, plus elle pourra se développer et aller chercher d’autres clients… Ne croyez pas que nous entrepreneurs nous satisfaisons de réaliser plus de 25% de notre CA par 1 seul client !!! Mais au début, difficile de faire autrement !
    Continuons à proposer des aides notamment sur les charges salariales… Il y en a déjà, elles sont très bien mais il faut faire encore plus... Est ce que ça vaut le coup (cout) d’imposer les mêmes charges salariales à une start up de 5 personnes qu'une boite de 1000 personnes ? Est ce que ça ne vaudrait pas le cout (coup) de se dire qu'on perd certes un peu de recettes pendant quelques années sur les 5 employés mais que l’état sera gagnant quand ils seront 50 ou 100 ? Finalement vous ne pénalisez pas tellement les recettes et en plus vous réduisez le chômage…
    Pour les VC et autres investisseurs, arrêtez de vouloir à tous prix obtenir plus de 30% du capital d’une société en minimisant sa valorisation, d’attendre que la startup n’aie plus de tréso pour finalement vous décider à closer le deal en diminuant l’investissement et augmentant votre capitalisation… arrêtez d’étouffer vos entrepreneurs… pourquoi quand je lève 400K€ mes concurrents US lèvent 290 fois plus ! Ok on n’est pas sur le même marché, Ok c’est en plusieurs tours de table, Ok, Ok, Ok… bref il n’empêche que ça montre une certaine aversion au risque (ce qui semble être contraire à l’une des facettes d’un investisseur…).

    Au final, on est tatillon, on y va doucement, lentement et puis on s’effondre tous…

    Alors en conclusion (et il y en a d’autres des axes de travail !) : Mesdames/Messieurs les acheteurs faites nous confiance, et oui Mesdames/Messieurs les élus, on finira plus riche que vous mais on aura créé de l’emploi et de la valeur, il est temps que vous compreniez que ce n’est plus la politique qui enrichit (ne me faites pas croire que vous ne cherchez qu’à servir le beau Peuple de France et à vous satisfaire d’un pouvoir chèrement acquis), et oui Mesdames/Messieurs les investisseurs, continuez à faire le bon travail que vous faites mais en investissant plus sans vampiriser plus… Au final on sera tous perdants…

    Maintenant si BFMTV veut bien acheter ma solution logicielle, je suis à votre entière disposition !
    Merci

    ps : le débat ingénieur/commerce n’a pas lieu d’être, une boite techno n’est rien sans ces 2 composantes…

  • vadsaria
    vadsaria     

    @ Tubbydev

    Vous avez raison ! Nous sommes devenus les champions d'emballage. Les écoles de commerces, très vénérées, savent emballer (dans les deux sens du termes). Après ça fait pchitt!!!

    Il faut laisser la veine "chercheur-entrepreneur" faire les choses. Eux seuls sont bien placés et pour sentir les choses et inventer.

    @ Citronpressé dire que tant que les socialistes seront... Qu'a fait la droite à son époque ? Le vrai problème ici, c'est l'assistanat. On attend tout d'en haut. Moi, je dis que même en terme de financement, en milieu 'hostile', il faut pouvoir i n v e n t e r . Car c'est ça l'innovation ou plus exactement l'invention. Arrêtons de pleurer !

  • bobof
    bobof     

    Les béquilles chères à Alain Madelin ou comment l'Etat tue les start-up qu'elle suscite d'autre part: exemple vécu: start-up issue de l'université, +975% en 4 ans, bénéficiant des allègements de charge JEI/JEU (22%, taux normal partout en Europe, au lieu de 43%). Enjeu, 200 000 euros pour un CA de 1 millions d'euro. Loi de finance Sarkozi 29/12/2010 pour 2011: "excusez-nous, mais l'avantage est plafonné!". Contrôle Urssaf en 2013 : 85 000€ à rembourser. ... mais, surprise, au 1er janvier 2014, loi de finance Hollande, la dégressivité de cet avantage est supprimée. L'entreprise bénéficiera de cet avantage soudain pour 85 000€..... ce qui permettra à l'entreprise de payer le redressement. No more comments! Vive la république, vive la France!

  • Borne Recharge
    Borne Recharge     

    Entièrement d'accord avec le dernier commentaire. Ce que j'ai reçu en premier sont les avis de taxes et autres déclarations après avoir investi plusieurs dizaines de milliers d'euros pour développer un produit technologique... Bon passons. J'ai rencontré plusieurs cabinets de ministres français qui ont tous une réaction positive sur nos process, procédés et techno. A la question, comment me facilitez-vous la vie ? la réponse est "on ne peut rien faire ! pour vous". Jusqu'à une personne dans un ministère qui trouvait que dans 5 ou 10 ans je gagnerais trop d'argent ! Aujourd'hui la société ne me permets pas de vivre. Ensuite, les grands groupes : personne n'a idée de ce que c'est de négocier avec un grand groupe mondial quant on est une start-up. Dialogue de sourd, peur du résultat, sclérose....
    Par contre, toutes les villes de France me propose une implantation dans leur cluster, éco-park, et autres joyeusetés.... Venez chez nous, vous êtes promis à un bel avenir... Nous allons vous aider.... Je reçois toutes les propositions de salon et autres expositions (à 250 euros le M² pour deux jours - minimum 9M² bien sur)..... Il me faudrait au moins 500.000 euros juste pour exposer. Nous avons dépensé la moitié de cette somme en R&D (7 ingénieurs pendant 1 an) pour aboutir à une solution complète.... La France je l'aime, j'y vis et j'y travaille depuis 20 ans (service militaire compris) mais honnêtement ce n'est pas un pays d'entrepreneurs, Pour être entrepreneur ici, il faut avoir l'optimisme chevillé au corps.

  • Tubbydev
    Tubbydev     

    Un des problèmes de la France en ce qui concerne les startups par rapport à ce qui se passe aux USA est que les créateurs de startups françaises sont essentiellement des gens ayant fait des écoles de commerce ou de marketing au contraire des startups à succès US qui sont le fait de "scientifiques". Les seconds créent de vrais projets avec une vraie valeur ajoutée. Et d'ailleurs les fondateurs de Criteo sont d' "obédience" scientifique.
    Les "commerciaux" ou "marketeux" ne font souvent que de copier un concept existant. ils savent lever des fonds, parler dans les magazines mais n'inventent rien.
    Très souvent, une startup française est une combinaison axfacebook + bxyoutube + cxgroupon + dxbox + exebay + fxtwitter, etc;.
    Les investisseurs français, truffés aussi de gens issus d'écoles de commerce, ne comprennent en général rien non plus à la technique et ne considèrent que le "marché" .. Il faut lire le livre de Levy "Google Plex" qui raconte les débuts de Google pour bien comprendre la différence à la base .. Et il faut constater que tous les inventeurs techniques français sont partis aux USA, où on les comprenait mieux, alors qu'en France, l'ecosystème "people" encense des communicateurs startupeurs qui n'ont souvent jamais réussi à inventer qqch ou à même gagner de l'argent en exploitation ..

  • Jobprod
    Jobprod     

    Il en faut des startups. C'est sûr. Mais c'est vrai qu'il y en a beaucoup trop qui vogue sur cet "esprit start-up" dans le but d'attirer le monde (des ressources humaines par exemple), alors qu'en fait, ils n'arrivent pas eux-même à se définir. Être une start-up n'est pas une fin en soi. http://jobprod.com/la-propagande-nauseabonde-de-lesprit-startup/

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire