En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Étonnant comme le médicament générique concentre l’ensemble de nos contradictions, nos atouts, nos faiblesses. Ceux du public, du « système », des entreprises

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • BenVoyons
    BenVoyons     

    hélas, dans ce cas, le pharmacien n'y peut rien... le G est impraticable, voilà tout.. Quant aux excipients, je suis d'accord. essayer de trouver des probiotiques ne comportant pas de lactose ou de substrat de pomme de terre est tout bonnement impossible...

  • Alain Groulard
    Alain Groulard     

    Y avait 1 faute de frappe
    Ouh là ! Qu'est que cela veut dire, mais bien sur que si les générique sont identiques au princeps, le lobby industriel fait le reste ....PAR CONTRE, il est vrai pour répondre à "BenVoyons" ci-dessous que dans certains cas les conditions d'administration (gout, praticabilité) sont différentes, en quel cas un petit dialogue avec le pharmacien règle le problème, il est à même de trouver le médoc qui convient (princeps ou autre G). Reste aussi le Pb des excipients à effet notoire, mais je rappelle que les princeps en ont aussi

  • Alain Groulard
    Alain Groulard     

    Ouh là ! Qu'est que cela veut dire, mais bien que si les générique sont identiques au princeps, le lobby industriel fait le reste ....PAR CONTRE, il est vrai pour répondre à "BenVoyons" ci-dessous que dans certains cas les conditions d'administration (gout, praticabilité) sont différentes, en quel cas un petit dialogue avec le pharmacien règle le problème, il est à même de trouver le médoc qui convient (princeps ou autre G). Reste aussi le Pb des excipients à effet notoire, mais je rappelle que les princeps en ont aussi.

  • Guy78
    Guy78     

    Si vous aviez travaillé dans l'industrie pharmaceutique, vous comprendriez la méfiance vis à vis des génériques!
    Contrairement à ce que prétend le gouvernement, les génériques ne sont pas toujours identiques à l'original. Comment pourraient ils l'être quand on sait qu'il faut 10 ans et des milliards d'étude pour obtenir l'autorisation du princeps quand le générique ne demande que quelques mois et que sa forme pharmaceutique n'est pas toujours identique, voir même la voie d'administration!
    Pour un produit original il faut par contre des mois d'étude pour simplement changer la couleur du bouchon du flacon! 2 poids 2 mesures!
    Le résultat : des produits dont l’efficacité (et la toxicité!) peut être différente en fin de course.

  • BenVoyons
    BenVoyons     

    (content de retrouver vos billets :).. Vous oubliez une donnée concernant les génériques : l'incroyable mépris avec lequel on traite les patients sous prétexte de "c'est moins cher, pour ce prix, tu t'attendais pas à une Rolls, non mais des fois ! " :)). Je ne prendrais qu'un exemple. Les gamins qui font des allergies à-tout-ce-qui-traîne sont de plus en plus nombreux (il faudrait d'ailleurs s'interroger pourquoi mais c'est un autre débat). Or, si le princeps "aérius (TM)" n'est pas particulièrement agréable à ingurgiter en siropt, du moins est-ce faisable... MAIS son générique est une sombre m*rde infâme, c'est un euphémisme, et je défie les neuneus qui le fabriquent de le faire ingurgiter à des gamins de 4 ans (dans des conditions civilisées, cela s'entend).. Un peu comme si quand on est pauvre, faut en prendre son parti, on n'a droit qu'à des ***peries aux mauvaises graisses achetées chez les discompteurs-durs et aux médicaments imbouffables. Na ! punis ! Alors de deux choses l'une (l'autre c'est le soleil disait Prévert) SOIT les fabricants, qui ne sont pas des débiles profonds, se foutent de leurs clients SOIT ils incitent sans le dire à des prescriptions "non substituables" (mention manuscrite du toubib exigée par la sécu, histoire d'em**der le monde jusqu'au bout du bout :))... A votre avis ?

Votre réponse
Postez un commentaire